left_banner.png

Edition 2010


8 février 2010 : Collectivités territoriales et gestion durable de l'environnement : le défi de l'Agenda 21

Le développement durable est un concept récent, malgré tout, son utilisation souvent à but promotionnel, peut se faire en dépit de ses principes fondateurs. Et pourtant, il s'agit bien d'un des plus grands enjeux mondiaux du 21ème siècle et la gestion durable de l'eau est une des priorités. Au plus proche du territoire, les collectivités locales se positionnent en acteurs-clés. Un outil né en 1992 lors de la conférence de Rio mais encore peu utilisé en France, est à leur disposition pour planifier et faire vivre un programme d'actions concrètes au service du développement durable: l'Agenda 21 local.

L'objectif de ce séminaire est triple. Mener un débat sur la gestion durable de l'environnement et plus particulièrement de l'eau en France. Prendre conscience du rôle des collectivités locales dans cette démarche, mais aussi des difficultés qu'elles rencontrent. Eclairer notre regard sur l'Agenda 21 local.

 


9 février 2010 : L'oxydation avancée : la solution pour les micro-polluants

La dépollution des eaux usées et l'assainissement des réserves d'eau potable sont aujourd'hui une préoccupation majeure, notamment dans le cadre réglementaire de la Directive Cadre Européenne sur l'eau. Parmi les progrès les plus récents dans le traitement de l'eau, les procédés d'oxydation avancés AOP (Advanced Oxidation Process) apportent une solution en prouvant leur efficacité.

En effet, ils permettent la minéralisation en milieu aqueux des molécules organiques toxiques pour l'homme et pour l'environnement. La journée du mardi 9 février sera ainsi consacrée à la présentation des dernières techniques de traitement par oxydation avancée et à leur mise en oeuvre via le génie des procédés.

 


10 février 2010 : Les réseaux d'alimentation en eau potable et d'assainissement : gestion temps réel, gestion patrimoniale, entretien.

La journée débutera par un état des lieux sur les réseaux français qui dressera les problématiques actuelles. Ensuite, la notion de gestion en temps réel des réseaux sera abordée. En effet, cette dernière se généralise dans les communes afin de permettre l'optimisation du fonctionnement de ce patrimoine. Pour l'eau potable, elle se traduit par la localisation des fuites dans les réseaux ce qui induit une diminution de la pression sur la ressource en eau. Pour l'eau usée, elle évite d'entraver le fonctionnement des stations d'épuration (surdimenssionnement). A travers les exemples de la ville de Marseille pour l'assainissement et la ville de Nîmes pour l'alimentation en eau potable, les objectifs et la méthodologie de cette gestion seront présentés.

Enfin, la gestion patrimoniale définit la politique et les différents outils à mettre en oeuvre pour optimiser la gestion des réseaux d'eau potable et d'eaux usées. une bonne gestion patrimoniale permet le remplacement régulier des conduites afin de ne pas arrêter l'alimentation en eau potable dans un cas et de limiter les rejets d'eaux usées dans le milieu naturel dans l'autre cas. Le séminaire tachera de répondre aux questions soulevées par les problématiques définies ci-dessous.